HPI : Le commencement

Voici un résumé de ce que je retiens suite à ma formation HPI, ainsi qu’à la conférence de Nicolas GAUVRIT lors de l’Intelligence Day des 50 ans de Mensa Belgique :

– L’intelligence est définie comme la capacité à apprendre de l’expérience, à acquérir des connaissances et à s’adapter.
– Il existe plusieurs formes d’intelligence.
– Le test de QI constitue cependant la seule manière de la mesurer de manière objective en psychologie clinique. Il mesure l’intelligence générale (facteur G) décomposée en deux grands groupes: intelligence fluide (capacités de raisonnement logique et de résolution de problèmes dans des situations nouvelles) et intelligence cristallisée (capacités à utiliser les compétences, les connaissances et l’expérience), elles-mêmes décomposées en plusieurs sous-groupes.
– L’intelligence s’inscrit dans un continuum. Il n’y a donc pas deux groupes de personnes: HP et non HP (ou normopensant) qui posséderaient des caractéristiques qualitatives différentes.
– Une grande parties de ces caractéristiques sont des mythes (hypersensibilité, anxiété accrue, arborescence de la pensée, etc) véhiculés par les livres grand public, mais infondés scientifiquement.
– Le haut potentiel intellectuel n’est donc certainement pas une maladie, c’est une chance, mais aussi un potentiel en développement, en fonction de sa personnalité et de son environnement (notion de don/talent de Gagné).
– Les demandes de gens qui viennent en consultation psychologique avec ce type de plaintes sont toutefois à décrypter avec soin car elles sont significatives d’un mal être à identifier.
– Une évaluation QI accompagnée des données cliniques observées lors de la passation peuvent-être un levier au changement, si l’évaluation est faite par un professionnel qui respecte les procédures, ainsi que les précautions définies par la conférence de consensus à l’examen psychologique (2010). Cette évaluation permet de dégager les forces et les faiblesses des personnes.
– Les outils appris en formation (pleine conscience, ACT, etc) enrichissent ma pratique dans l’accompagnement et sont tout à fait pertinents avec tout type de personne (« hypersensible », anxieuse, dépressive, avec problèmes attentionnels, etc). Ils servent à développer principalement les compétences émotionnelles de nos clients, ce pour quoi ils sont venus en consultation le plus souvent.
– Mon objectif dans l’accompagnement est de transmettre ces outils à la personne dans un but d’autonomie afin qu’elle retrouve la voie de l’adaptation et non de favoriser cette étiquette HP par laquelle elle valide son mal être.